Préoccupations majeures concernant les coûts de l’énergie

La hausse des coûts énergétiques est omniprésente dans l’actualité. Après le Covid et la flambée des prix des matières premières, notre industrie est maintenant également frappée par d’énormes augmentations des coûts énergétiques. Peut-être l’inflation se ralentira-t-elle un peu bientôt, mais en attendant, les entreprises de production locales s’inquiètent beaucoup des coûts énergétiques. Nous suivons la situation en détail et réfléchissons à des mesures en fonction des scénarios pour le dernier trimestre.

Tant ici qu’aux États-Unis, l’inflation élevée reste une préoccupation. Fin août, les banques centrales ont promulgué des mesures, notamment une hausse des taux d’intérêt jamais vue depuis longtemps. Les prix du pétrole se sont stabilisés avec l’espoir d’une production supplémentaire en Iran, mais pendant ce temps, il y a des problèmes de production en Arabie Saoudite, de sorte qu’il n’y a pas encore de chute majeure des prix malgré la baisse attendue de la demande dans les prochains mois.

La situation est totalement différente en ce qui concerne l’électricité. Ce prix est directement lié au prix du gaz. Les prix du gaz restent très élevés en raison de la perte de volumes en provenance de Russie via le gazoduc Nord Stream 1 et du retard des livraisons de gaz annoncées en provenance d’Amérique. Parallèlement, la production des centrales nucléaires françaises suscite des inquiétudes. L’interruption de l’approvisionnement en charbon en raison du niveau historiquement bas des eaux du Rhin a provoqué une augmentation supplémentaire des prix de l’électricité.

Il faut à présent attendre la décision du Conseil européen de l’énergie. En outre, cela doit encore être traduit en mesures nationales. Entre-temps, nous voyons déjà les prix de l’énergie quadrupler et le scénario pessimiste prévoit même un prix huit fois supérieur à celui du troisième trimestre. Nous pouvons déjà en voir les effets. Tous les fournisseurs de matières premières facturent des surcharges énergétiques ou des prix nettement plus élevés pour le dernier trimestre. Le même coût supplémentaire est également ajouté pour nos propres entreprises de fabrication. 

Intersac dispose de stocks suffisants et de commandes de matières premières en cours pour continuer à approvisionner ses clients. Néanmoins, nous devons suivre la situation de près car certains fournisseurs ont déjà décidé d’arrêter tout ou partie de la production. Dans notre pays aussi, nous voyons des entreprises manufacturières fermer des installations et se mettre au chômage technique. En fonction de l’évolution à court terme des prix de l’énergie, nous devrons nous aussi voir comment nous pouvons encore produire de manière rentable dans les mois à venir.

En tout cas, il est clair que le gouvernement doit intervenir. Les conséquences de la guerre en Ukraine nous ont appris que la production locale est importante et même nécessaire. En outre, notre planète, notre santé et notre bien-être bénéficient de la production locale, respectueuse de l’énergie, d’emballages recyclables basés sur des ressources renouvelables. C’est ce que nous défendons chaque jour chez Intersac et nous continuerons à le faire, même dans des circonstances difficiles si les conditions économiques le permettent encore.

Vous voulez en savoir plus? Contactez nous.

Dorian Leurquin
Previous Article